A OLLN, Ecologie rime-t-elle avec béton ?

Il y a eu un développement de la population entre 1995 et 2015. Etait-ce souhaitable ? Quelle est la responsabilité d'Ecolo et qu'à fait Ecolo pour que cela se passe au mieux ?
Une tribune d'Hadelin de Beer sur ce sujet

 « OLLN s’est fortement développée. ». Traduisez « il y a de plus en plus de maisons, d’appartements, de routes… ». Donc de béton ! Et donc de personnes !

Comme le disait Mr Otlet (MR, ex-bourgmestre) à un conseil communal : « on risque de ne plus reconnaître Ottignies d’il y a 50 ans, on a peur que cela change trop ! ».

On se retrouve dans une situation inversée : Ecolo serait le bétonneur et le MR serait le protecteur d’une ville petite, à taille humaine, protecteur de la nature.

Les faits :

1° Il y a une pression démographique sur tout le Brabant wallon (BW) :

  • De 1995 à 2015, la population du BW a augmenté de 16% en 20 ans. Il y aurait de toute façon eu plus d’habitant à Ottignies-LLN
  • A Ottignies, elle a augmenté de 21%, c’est plus mais pas nécessairement différent d’autres villes.

2° Qui dit pression démographique, dit construction.

3° La différence entre les communes du BW et OLLN, commune Ecolo ; c’est que les autres communes ont laissé construire n’importe où, et principalement des lotissements de villas 4 façades dans des campagnes, alors qu’Ecolo a voulu CONSERVER les campagnes et a donc privilégié la construction dans les centres ville, près des gares, pour moins de mobilité en voiture.

4° Il y a une grosse urbanisation à Court-St-Etienne (notamment sur les terrains des anciennes usines Henricot), ce qui minéralise très fort l’environnement immédiat d’Ottignies et met une très forte pression automobile sur l’avenue des combattants, une des seules routes de transit vers BXL. A Mt-St-Guibert aussi il y eu une forte urbanisation, notamment Axis Park qui touche LLN.

Et pour le futur ?

Ecolo va évidemment poursuivre dans la conservation des campagnes. Ecolo va poursuivre dans la volonté de construire près des gares. Cependant Ecolo insiste sur les points suivants : il doit y avoir plus de nature, des espaces plus vivants, des lieux de vie (des « quartiers ») plus cool, dans ces nouveaux quartiers, la voiture doit rester à l’extérieur…

Une limite à la croissance de la population ?

Le MR nous a accusé de vouloir une grande ville, et a demandé de mettre une limite à la population. Nous avons refusé, pour plusieurs raisons :

  1. C’est tout simplement impossible. On ne pourra pas dire au « limite+1 » habitant, qui est par exemple un enfant dans une famille, « allez habiter ailleurs » ;
  2. Ce n’est pas éthique : et si toutes les communes disaient cela ?
  3. Ce n’est pas raisonnable.

Par contre on peut limiter les constructions, leur densité, leur hauteur. C’est ce qu’on a fait dans le schéma de structure. Sachant que si on fait cela, on fait augmenter les prix… donc on propose entre autres un CLT (community land trust) !

CLT : https://hadelindebeer.wordpress.com/2018/06/25/olln-le-clt-des-terrains-gratuits-pour-les-jeunes-familles/ : On le sait, le pyramide des âges montre un « trou » des jeunes familles, qui quittent LLN et Ottignies car elles ne peuvent se payer un logement, vu les prix.

Comme à Bruxelles et ailleurs, l’idée est de créer une fondation qui sera propriétaire de terrains. Ceux-ci seront « donnés » gratuitement pour que des jeunes familles aux revenus « moyens » et ayant un lien avec la commune puissent y construire.

En contrepartie, lors de la revente, la maison ne pourra être revendue qu’à des personnes en situation comparable (revenus moyens, ayant un lien avec la commune) et avec une plus-value limitée, de telle sorte que le prix reste abordable.

La Ville va créer ce CLT au conseil communal du 26 juin. Il faudra ensuite que le CLT aient des terrains et les mettent à disposition. Le projet actuel de la Ville est d’y mettre +/- 10 terrains qu’elle possède. Mais l’idée est qu’à terme, l’UCL rejoigne le mouvement et y verse +/- 3 hectares du futur quartier Athéna (et gère en commun cette partie du CLT avec la Ville).

Articles de presse : https://www.lavenir.net/cnt/dmf20180626_01189920/ottignies-louvain-la-neuve-met-en-place-la-structure-d-un-community-land-trust

Une limite à l’urbanisme : l’arme absolue ?

Comme dit plus haut, le schéma de structure (http://www.olln.be/fr/services-communaux/urbanisme/documentation.html ) encadre (donc limite mais aussi permet) les possibilités de construire. Peut-on facilement imposer des contraintes très fortes permettant très peu de constructions ? Oui et non :

non

  • la commune est contrôlée par la Région, qui veille à l’intérêt général, notamment d'empêcher les communes de dire “chez les autres, pas chez nous” et aussi le bon aménagement des lieux (près d’une gare, la région demande des habitations plus denses) ;
  • la commune est contrainte par les propriétaires,  et notamment l’UCL, qui peuvent légitimement dire que quand un moment donné le pouvoir leur a donné des droits de construire et qu’ils ont payé des taxes, le pouvoir ne peut facilement (sans compensation), retirer des droits ;
  • dans notre société, il y a une certaine légitimité à pouvoir valoriser une propriété.

oui

  • quand un intérêt supérieur est en jeu (paysager, sécurité, environnement…)

On l’a compris, aucun parti politique ne peut promettre de définitivement stopper l’urbanisation. Le parti qui le promettrait ferait un « mensonge bleu » (voir " la couleur des mensonges "). La maitriser, la canaliser, faire en sorte qu’elle soit profitable pour tous, tant les générations actuelles que future, cela est le défi. Les écologistes veulent le relever, avec la participation de la population.

Ceci est une tribune rédigée par Hadelin de Beer et l'engage lui. La potion officielle d'Ecolo-OLLN est exprimée dans son programme.